Accueil

previous arrow
next arrow
PlayPause
Slider

 


calendar-with-a-clock-time-tools

Jeudi 29 août 2019 à 18h30 à la salle des fêtes, place de Lattre de Tassigny, l’équipe municipale vous invite à la présentation du projet lauréat du concours d’architecture pour la création du complexe sportif, Quartier Clos de Roques. Cette présentation se fera en présence de l’architecte du projet.

[Publié le 9 août 2019]


Le département du Var est placé en niveau d’alerte 1 pour la pollution à l’ozone.

En application de l’arrêté du 13 juillet 2017 portant organisation du dispositif d’urgence en cas d’épisode de pollution de l’air ambiant, le préfet du Var appelle à appliquer les mesures suivantes jusqu’à la fin du phénomène :

– réduire l’activité sur les chantiers générateurs de poussières et recourir à des mesures compensatoires afin d’en limiter leurs effets (ex. : arrosage des débris) ; pour les chantiers qui ne sont pas sous votre responsabilité directe, il vous est demandé de transmettre cette recommandation au responsable du chantier.
– reporter les travaux d’entretien ou de nettoyage avec des outils thermiques ou des produits à base de solvants organiques (white spirit, peinture, vernis décoratif, produits de retouche automobile… ).

Plus d’informations sur www.atmosud.org


Communiqué de Monsieur Horace Lanfranchi, Maire de Saint-Maximin-la-Sainte-Baume, concernant le refus de Monsieur le Préfet d’autoriser l’exploitation d’une ICPE sur le site de la distillerie.

Je me réjouis de la décision de Monsieur le Préfet du Var, qui par arrêté en date 18 juin 2019 a refusé la demande d’autorisation présentée par la société Azur Bio Traitement en vue d’exploiter une installation de traitement d’effluents vinicoles à Saint-Maximin-la-Sainte-Baume, et je le remercie.

Cette décision démontre que la saine énergie déployée au service de l’intérêt général n’est jamais perdue, ni vaine. Il n’y a de temps perdu que pour les contre-vérités et les polémiques inutiles.

Je remercie chaleureusement l’ensemble des Saint-Maximinois, qui, dès la mise en ligne de l’avis d’enquête publique, le 29 novembre 2018 par la municipalité, se sont mobilisés auprès des élus contre le projet.

Je me réjouis également de la mobilisation de l’ensemble des opposants au projet lors de la réunion publique du 22 mars 2019, avec la présence de Monsieur le Président de la Communauté d’Agglomération de la Provence Verte, de Madame le Maire d’Ollières et de Messieurs les Maires de Bras, Pourcieux, et Seillons-Source-d’Argens.

La transparence de l’action municipale a permis une large prise de conscience et une mobilisation générale salutaire.

Je remercie les élus de la majorité, qui lors de la tenue du débat en conseil municipal du 20 décembre 2018, ont été les seuls à exprimer sans ambiguïté leur opposition au projet. J’ai retiré la délibération.

Je remercie la rédaction de Var-Matin pour avoir relayé fidèlement le débat tenu lors de ce conseil municipal.

La municipalité a continué à travailler sans relâche pour garantir la préservation de la qualité de vie de la commune et des intérêts des habitants. Le conseil municipal a acté son opposition à ce projet par délibération n°1 le 1er février 2019.

Je remercie le collectif « Contre les nuisances de distillerie » qui n’a eu alors de cesse de se mobiliser auprès de la municipalité.

Le refus de Monsieur le Préfet s’appuie notamment sur des arguments développés par la municipalité contre le projet pour étayer son refus.

Concernant le Plan Local d’Urbanisme, je suis encore étonné par les réactions de nos opposants qui continuent à faire de la politique et des remarques sur un dossier qu’ils ne maîtrisent visiblement pas.

Monsieur le Commissaire enquêteur a relevé la non conformité du projet avec le Plan Local d’Urbanisme (PLU). L’article UG 1 du PLU adopté par délibération n°1 en date du 19 janvier 2016, interdit les installations classées au titre de la protection de l’environnement (ICPE) soumises à autorisation ou à déclaration.
Le Plan Local d’Urbanisme interdit donc toute délivrance d’une autorisation d’exploiter une ICPE.

Le refus de Monsieur le Préfet s’appuie également sur une incohérence du dossier relevée par la commune à savoir la non prise en compte des risques encourus par les populations riveraines au projet et la présence de plusieurs écoles dans le périmètre d’étude.

Le refus de Monsieur le Préfet s’appuie sur un autre argument développé par la municipalité s’agissant des risques au titre de l’environnement avec un impact du projet sur les milieux naturels, en particulier le ruisseau des fontaines.

Madame la Sénatrice a remis un dossier relevant les fragilités et manquements du projet à Monsieur le Préfet, le 26 février 2019 en préfecture à Toulon.

Madame la Sénatrice a adressé ce même dossier par courrier à Monsieur Édouard Philippe, Premier ministre, et il a été remis en main propre à François de Rugy, Ministre de l’Écologie, du Développement Durable et de l’Énergie le 5 avril 2019 à Toulon.

Le 20 mars, j’ai attiré l’attention de Monsieur le Préfet par courrier, sur les risques environnementaux et d’atteintes au cadre de vie des habitants de la commune.

Lors de la réunion publique du 22 mars 2019 que Madame la Sénatrice m’a demandé d’organiser, elle a répondu, en présence de notre avocat conseil, à toutes les questions, apaisant les craintes et développant l’argumentaire solide de la municipalité pour que le projet d’Azur Bio Traitement soit définitivement abandonné.

Lors de ces échanges, je n’ai pu que constater le silence et le mutisme de nos opposants. Une fois la décision rendue, il est étonnant de constater que ces mêmes opposants continuent de délivrer des conseils sur la mise en place de procédures qui ne rétroagissaient en rien sur le dossier, et qu’ils ne maîtrisent toujours pas. Comme il est étonnant de constater qu’ils cherchent à s’attribuer du crédit sur la décision attendue, alors que dans le cas contraire, ils n’auraient eu de cesse de nous en rejeter la responsabilité.

Je remercie les Saint-maximinois de nous avoir fait confiance, d’avoir fait confiance à notre sens des responsabilités. La position de la municipalité sera toujours de défendre les intérêts de la commune dans le respect des individus, des lois et des procédures de la République.

Nous continuerons à travailler dans cet esprit de débat démocratique loyal et respectueux, et travaillerons avec toutes les personnes qui souhaitent s’engager auprès de nous pour continuer à faire de notre ville une ville durable, solidaire et conviviale.

Nous utilisons les outils que nous avons mis au service des Saint-Maximinois pour faciliter l’information. Nous utilisons notamment les réseaux sociaux, parce qu’ils sont facilitateurs d’échanges et de communication instantanés, et non comme des outils de contre-vérités permanentes.

Horace Lanfranchi
Maire de Saint-Maximin-la-Sainte-Baume


Réglementation de l’emploi du feu dans le Var.

Le département du Var est particulièrement exposé au risque d’incendie de forêt et le brûlage des déchets verts constitue une importante source de pollution de l’air, néfaste à la santé publique. En conséquence, l’arrêté préfectoral du 16 mai 2013 interdit le brûlage des déchets verts sur l’ensemble du département et réglemente strictement l’emploi du feu au regard des risques d’incendie. [Plus]


Dans le cadre de la lutte contre l’infection de la ‘loque américaine’*, la préfecture met en place un recensement des ruches présentes sur la commune. Si vous possédez une ou plusieurs ruches, merci de bien vouloir indiquer sa/leurs localisation(s) au secrétariat général – 1er étage de la Mairie – 04 94 72 93 26. Merci de votre coopération.

*Maladie très grave et contagieuse de l’abeille méllifère due à une bactérie appelée Paenibacillus larvae, qui a la propriété de produire des spores extrêmement résistantes. L’agent bactérien atteint le couvain jeune de toutes les castes mais les signes cliniques de la maladie ne sont observables qu’à l’examen du couvain operculé. Les immatures (stades larvaire, nymphaal et prénymphal) meurent aux stades prénymphes ou nymphes et évoluent en masses gluantes puis en écailles, fortement adhérentes. Les abeilles ont beaucoup de difficultés à éliminer ces cadavres qui contiennent des millions de spores. Sans intervention de l’apiculteur, la maladie entraîne d’abord un affaiblissement de la colonie propice au pillage puis sa mort.


borne

Mouv’Elec Var : un réseau de bornes de rechargement pour véhicules électriques déployé par le Syndicat Mixte de l’Énergie des communes du Var.

Télécharger le dépliant d’information.